dimanche 19 janvier 2020

LE LAC AUX OIES SAUVAGES - Diao YINAN (Réalisation & Scénario) - Chine - au Gaumont Convention (13.01.2020)

Vitalité d'un cinéma chinois qui "envahit" nos écrans : Après "Séjour dans les monts Fuchun" et "So long my son"...
-
-

4,5 / 5
-
Synopsis :


"Un chef de gang en quête de rédemption et une prostituée prête à tout pour recouvrer sa liberté se retrouvent au cœur d’une chasse à l’homme. Ensemble, ils décident de jouer une dernière fois avec leur destin."

---
Un polar noir, noir d'une rare violence, à l'atmosphère envoûtante :
Nuit, Pluie, Boue, Misère, Angoisse, Sang...
-
S'Il est vrai que le scénario "patauge" un peu et n'est pas toujours crédible, cela paraît presque "secondaire" tant on est subjugué par 
La virtuosité de la mise en scène,
La splendeur des images,
Des personnages bien campés...
---
Quelques images (le film a été presque entièrement tourné de nuit) :
-

-
Hu Ge...
-

-
Gwei Lun Mei...
-


---
-
Bande annonce :




*
***
*
Diao Yinan
né le 30 novembre 1969
Réalisateur, Scénariste, Acteur
 -
-
Auteur notamment de
"Train de nuit" (2007)
"Black Coal" (2014 - Ours d'or Berlin)
-


***
*

mercredi 15 janvier 2020

LA PLUIE, AVANT QU'ELLE TOMBE (2007) - Jonathan COE - Angleterre - Gallimard / Folio n°5050

Un titre qui accroche...
Un roman grave et poignant...
La découverte d'un auteur...
-
-
---
-
Présentation par l'éditeur :


Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences?
---

Evocation émouvante et passionnante du destin de trois générations de femmes, de la fin des années 1930 aux années,
Trois femmes dans la tourmente...
Trois femmes emplies de rage mais aussi d'une folle envie de vivre...
---
Une construction littéraire originale et virtuose : Rosamond, à l'approche de sa mort a laissé vingt photographies qu'elle a commentées au magnétophone, photographies qui vont servir de trame à l'histoire racontée.
---
-

EXTRAITS :
-

“Eh bien moi, j’aime la pluie avant qu’elle tombe. Bien sur que ça n’existe pas. C’est bien pour ça que c’est ma préférée. Une chose n’a pas besoin d’exister pour rendre les gens heureux.”
-
 "Ce qu'elle espérait trouver n'était qu'une chimère, un rêve, une chose irréelle: comme la pluie avant qu'elle tombe."
-
«On dit que dans les moments d'émotion intense une fraction de seconde équivaut à une éternité.»
-
"Peut-être que l’ordre naturel des choses, c’est le chaos et l’aléatoire. Je ne suis pas loin d’en être convaincue." 
-

"Il n'y a rien a dire d'un bonheur qui ne comporte aucun défaut, aucune ombre , aucune tache - si ce n'est la certitude qu'il aura une fin."
 -
"Une photo, finalement, c’est bien peu de chose. Elle ne peut capturer qu’un seul moment, sur des millions, de la vie d’une personne, ou de la vie d’une maison. Quant aux photos que j’ai sous les yeux, celles que je compte te décrire…, elles n’ont de valeur, je crois, que dans la mesure où elles corroborent ma mémoire défaillante."
-
"Mais malgré tout, il me paraît important, il me paraît essentiel de ne pas sous estimer ce qu'on doit ressentir quand on se sent mal-aimé par sa mère. Par sa mère celle qui vous a donné le jour ! C'est un sentiment qui ronge tout estime de soi et détruit les fondements mêmes d'un être. Après ça, il est très difficile de devenir une personne à part entière."
-
"Être enchaîné à un endroit qu’on déteste, alors qu’on est encore tout jeune, être marié à une femme qu’on n’aime pas, et se dire qu’on passera le reste de son existence à travailler pour elle et pour des enfants qu’on n’a pas voulus, il y a de quoi fulminer, à mon avis.."

*
***
*
Jonathan Coe
Né en 1961 à Birmingham
Romancier, Nouvelliste, Biographe
-

-
Voir wikipedia

***
*

vendredi 3 janvier 2020

CREOLE BELLE (2012) - James Lee BURKE - Etats-Unis - Rivages/Noir n°1006

Encore une enquête de Robicheaux !
-

---
Présentation par l'éditeur :


"Dave Robicheaux se remet de ses blessures dans une unité de soins de La Nouvelle-Orléans, où il reçoit la visite d’une jeune femme, Tee Jolie Melton. Cette dernière lui laisse, sur un iPod, le blues « My Creole Belle ». Une chanson qui finit par l’obséder. Mais dans cette atmosphère languissante baignée de morphine, et avec tous les démons qui plus que jamais l’accompagnent, Dave nourrit des doutes : sa rencontre avec Tee Jolie est-elle bien réelle ou l’a-t-il rêvée ? Car Dave découvre que Tee Jolie est censée avoir disparu depuis des mois. Aussi, lorsque sa jeune sœur Blue est retrouvée morte, Dave décide de partir à sa recherche. Une enquête éprouvante, au point que son vieil ami Clete Purcel, lui-même à la limite de la rupture, se met à craindre pour sa santé mentale…"
---
-

-
BURKE
Mon auteur de polar préféré...
Son style puissant, précis, coloré,
Ses personnages, les bons comme les mauvais,  toujours remarquablement campés,
Sa maîtrise incroyable pour allier suspense et poésie,
Son lyrisme pour évoquer la nature et la Louisiane...

-
ROBICHEAUX
Mon héros de polar préféré... 
Officier de police en Louisiane,
Vétéran du Viet-Nam, alcoolique repenti,
Violent, Tendre, Tourmenté,
Tourné vers les autres,
Un personnage très attachant que l'on a toujours plaisir à retrouver...
-


---
-
DEUX EXTRAITS :
-
"L'âge est un voleur d'un type particulier. il arrive sans se faire remarquer, pénètre sous votre peau, et il est si silencieux , si méthodique dans son travail, qu'on ne se rend pas compte qu'il vous a volé votre jeunesse avant de se regarder dans un miroir, un matin, et d'y voir un homme qu'on ne reconnaît pas."
-
"Je suis persuadé que les spectres des esclaves, des Indiens Houma et Atakapa, des pirates, des soldats confédérés, des fermiers d'Acadie et des belles des plantations sont toujours là dans la brume. Je suis persuadé que leur histoire n'a jamais été correctement contée, et que tant qu'elle ne l'aura pas été ils ne trouveront pas la paix. Je suis persuadé aussi que mon État natal subit, comme autant de malédictions, l'ignorance, la pauvreté et le racisme, qui lui sont pour la plus grande part délibérément inculqués afin de contrôler un électorat vulnérable. Et je suis persuadé que nombre de politiciens de Louisianne comptent parmi les exemples de racaille blanche vénale les plus répugnantes que j'aie jamais connus. Pour moi, le fait que beaucoup les trouvent d'un comique pittoresque est ahurissant, comme si on racontait des histoires drôles à propos d'un violeur."

-

*
***
*
James Lee Burke
né en 1936 au Texas
-
-
Voir Wikipedia ----) ICI
-
Voir, entre autres, sur ce blog :
Texas Forever (2013)
-
L'arc en ciel de verre (2010)
-
La nuit la plus longue (2007)
*
***
*
A découvrir...
Paru récemment en format de poche (Rivages/Noir n°1076) :
La maison du soleil levant
-
-

mercredi 1 janvier 2020

ANNEE 2020

MEILLEURS VOEUX
A
TOUS
*


(Souvenirs de Venise)
***
*

lundi 30 décembre 2019

UNE VIE CACHEE - Terrence MALICK (Réalisation & Scénario) - Etats-Unis - au Gaumont Convention (20.12.2019)

Une bouleversante histoire
Inspirée de faits réels :
la résistance passive d'un paysan autrichien au nazime...
-
4,5 / 5
-

-
 Un cinéaste culte :
Dans sa remarquable filmographie j'ai particulièrement aimé
Les moissons du ciel (1978)
et
La ligne rouge (1998)
---
-
SYNOPSIS :


"Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. Une vie cachée raconte l'histoire de ces héros méconnus."
---
Le calvaire d'un homme emprisonné, torturé, condamné à mort...
Parce ce que, ainsi qu'il le dit :
"Je ne peux pas faire ce que je crois être le mal."
-
On retrouve dans "Une vie cachée" les qualités propres aux films de Malick : la virtuosité de la réalisation, la splendeur des images, la remarquable direction d'acteurs et bien sur le lyrisme...
-

Petites réserves :
Utilisation de la langue anglaise (sans doute pour des raisons d'exploitation).
Emporté sans doute par son élan , le réalisateur (dans la première partie) a peut-être multiplié un peu trop les scènes à caractère lyrique ?
---
-
IMAGES...
Franz (August Diehl)
Fani (Valerie Pachner)
-
-


-


-


-


---
-


---
-
Pourquoi de la part de Franz une telle attitude qui apporte du mal à ses proches et qui ne change rien à l'ordre du monde ?
La réponse est donnée à la fin du film par une citation de George Eliot (Middlemarch):
"… car le bien croissant du monde dépend en partie d’actes non historiques ; et si les choses ne vont pas pour vous et moi aussi mal qu’elles auraient pu aller, nous en sommes redevables en partie à ceux qui ont vécu fidèlement une vie cachée et qui reposent dans des tombes délaissées".

*
***
*
Terrence Malick
né le 30 novembre 1942
Réalisateur, Scénariste, Producteur
-

-
Une Vie cachée est son dixième long métrage.
Sur ce blog voir :
A la Merveille (2013)
-
The Tree of Life (2011)

***
*

vendredi 13 décembre 2019

GLORIA MUNDI - Robert GUEDIGUIAN (Réalisation & Scénario avec Serge Valletti) - France - au Gaumont Convention (10.12.2019)

Un implacable mélodrame social d'une noirceur terrifiante...
-
4 / 5
-
-

SYNOPSIS :


"Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.

Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie…
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider."
---
Une famille qui cherche à s'extraire de la misère, à n'importe quel prix, en oubliant toute solidarité...
Parfois, il est vrai que le film semble frôler la caricature, 
Mais, proche de la tragédie, il reste néanmoins une terrible image d'une société de plus en plus inhumaine qui parait courir à sa perte...
---
Robert Guédiguian précise :


".........nous avons besoin de comédies et de tragédies à proportions égales pour continuer à nous questionner sur nos modes de vie et il faut plus que jamais en ces temps bouleversés continuer à nous questionner pour ne pas succomber à l’illusion que nos sociétés sont naturelles et qu’il y aurait là comme une fatalité. Tout ce qu’un siècle de luttes ouvrières avait réussi à faire entrer dans la conscience des hommes, en un mot la nécessité du partage, a volé en éclats en quelques années pour rétablir ce fléau mortel qu’est la volonté de chacun de posséder ce que les autres possèdent."
---

Autour d'Ariane Ascaride bouleversante (Prix d'interprétation à la Mostra de Venise) des comédiens (comme toujours chez Guédiguian) très convaincants...
-


-

Ariane Ascaride ...
-
Anaïs Demoustier... 
-
Daniel, interprété par Gérard Meylan, qui va aller jusqu'au sacrifice pour tenter d'assurer un avenir à la petite Gloria,
Un peu le deus ex machina de cette tragédie...
-
Avec Jean-Pierre Darroussin...
 -
et Robinson Stévenin...
---
"Gloria Mundi" est évidemment à rapprocher du film de Ken Loach "Sorry we missed you" (voir ICI )         tout aussi pessimiste.
---
-


*
***
*
Robert Guédiguian
né en 1953 à Marseille
Réalisateur, Scénariste, Producteur
-
-
Gloria Mundi est son 21ème long métrage
-
Voir sur ce blog :

La Villa (2017)
-
-

***
*

lundi 2 décembre 2019

LES MISÉRABLES - Ladj LY (Réalisation & Scénario avec Alexis Manenti et Giordano Gederlini) - France - au Pathé Beaugrenelle (30.11.2019)

Prix du Jury à Cannes (2019)
Un film "coup de poing" totalement maîtrisé...
-

5 / 5
-
---

SYNOPSIS :


"Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux 'Bacqueux' d'expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu'ils se trouvent débordés lors d'une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes."

-

---

La cité des Bosquets à Montfermeil s'embrase après une bavure policière...
Montfermeil où Victor Hugo rédigea "Les Misérables" (plusieurs allusions au roman dans le film)... 
-
Une banlieue que Ladj Ly, le réalisateur, connait parfaitement et où il vit toujours :
"Tout ce qui est dedans est basé sur des choses vécues : la liesse de la Coupe du monde évidemment, l’arrivée du nouveau flic dans le quartier, l’histoire du drone... Pendant cinq ans, avec ma caméra, je filmais tout ce qui se passait dans le quartier, et surtout les flics, je faisais du copwatch. Dès qu’ils débarquaient, je prenais ma caméra et je les filmais, jusqu’au jour où j’ai capté une vraie bavure. Dans le film, l’histoire du vol du lionceau déclenchant la colère des Gitans propriétaires du cirque est également vécue... J’ai voulu montrer toute la diversité incroyable qui fait la vie des quartiers. J’habite toujours ces quartiers, ils sont ma vie et j’aime y tourner. C’est mon plateau de tournage !"

---
Sélectionné pour représenter la France aux Oscars 2020...
Ce film bouleversant, surprenant, loin des clichés habituels, sans parti pris apparent, est une réussite totale : scénario, dialogues, réalisation, direction d'acteurs...
Ladj Ly réussit à nous tenir en haleine tout au long de la projection avec une scène finale d'une violence inouie et d'une incroyable virtuosité.
-
En épilogue une phrase extraite des Misérables :

 « Il n’y a pas de mauvaise graine ni de mauvaise plante, il n’y a que des mauvais cultivateurs ». 
---
-
Quelques images...
-
-
Les 3 bacqueux (flics de la brigade anti-criminalité)
-



-


-


***
*

*
***
*
Ladj Ly
né en 1980
Réalisateur, Scénariste, Acteur
-

-
"Les Misérables" : son premier long métrage.

***
*