lundi 13 mai 2019

DIALOGUES DES CARMELITES (1957) - Francis POULENC (1899-1963) - En direct du MET Opéra de New York (11.05.2019) - au Pathé Beaugrenelle

Ainsi Geneviève ne verra pas ce magnifique
Dialogues des Carmélites
-

-
Sans elle...
Je n'avais pas le coeur d'assister à cette dernière retransmission de notre abonnement au Met Opéra de New York, mais mon jeune filleul a eu la gentillesse de m'accompagner...
---
Bravo pour cette soirée exceptionnelle que nous a offert le Met...
Sous la direction musicale toute en nuances du chef canadien Yannick Nézet-Séguin ...
-
---
La mise en scène est une reprise par David Kneuss de la production de John Dexter (1977) :
Sobriété, austérité, fluidité, efficacité...
---
Outre la partition, Francis Poulenc, a également composé le livret d'après la pièce de Georges Bernanos, tirée du roman de Gertrud von Le Fort "la dernière à l'échafaud" inspiré lui-même d'un épisode historique...

Schéma du livret :
"Promises à une mort certaine, prisonnières dans leur couvent, les sœurs carmélites mettent leur foi à l’épreuve. Dans le doute et l’angoisse, l’une d’elles, Blanche de la Force, parvient à se libérer des passions humaines et à vaincre sa peur pour marcher vers la guillotine."

---
L'ensemble de la distribution est à louer, tant sur le plan vocal que scénique...
---
ALBUM...
-

-


-
La mezzo-soprano américaine Isabel Leonard (Blanche de la Force)...

-
A gauche la soprano américaine Erin Morley (Constance)... 


-
A gauche la soprano finlandaise Karita Mattila (Madame de Croissy)...

-



Court extrait de la scène finale ...



***
*

mardi 30 avril 2019

AU PERE LACHAISE : LE JARDIN DU SOUVENIR...

Dans ce jardin je ressens de la douleur certes, mais étrangement je m'y trouve plus apaisé que dans tout autre lieu...
Il est certain qu'il y a quelque chose de magique dans ce cimetière : c'est du moins ce que j'ai ressenti, tôt ce matin, dans ces allées que j'ai parcourues pendant plus d'une heure et où je n'ai croisé que deux personnes...
Tombé, par hasard sur la tombe d'Oscar Wilde maintenant protégée  par une armature de verre, sans doute pour éviter les graffitis douteux...
Mais j'ai cherché en vain la tombe anonyme avec la citation de Tolstoï qui m'avait impressionné.;;
Retrouvé sur mon blog (2 novembre 2013) deux pensées de St Augustin, terriblement vraies :
  
 "Les morts sont des invisibles qui ne sont pas absents."
-
"La mort n'est pas la dernière fin. Il nous reste encore à mourir chez les autres."
(Saint-Augustin)
Petit pélerinage au Théatre de la colline, tout proche, et où nous avons été abonnés plusieurs années : les souvenirs affluent (notamment une pièce de Thomas Bernard qui nous avait bouleversés), la douleur également...

***

samedi 27 avril 2019

JOUR DE PÂQUES....

Ce matin là je trouve la porte close au Père Lachaise...
En attendant l'ouverture, quelques pas dans le quartier, dégustation d'un expresso au comptoir d'un bar.
Un peu plus tard, au Jardin du souvenir un vieil homme (cela aurait pu être moi) pleure doucement...Je suis tenté de lui mettre la main sur l'épaule !
Sous un doux soleil, je me dirige vers le Mur de Fédérés...
Vu la tombe de JB Clement, l'auteur de la fameuse (et si belle) chanson "Le temps des cerises", celle également de Paul Eluard.
Plus loin sur une tombe anonyme une citation de Tolstoi me prend à partie : "La mort n'existe pas, seul l'amour ..."(j'ai oublié la suite).
Non je ne suis pas seul en ce jour de Paques, Geneviève est bien à mes côtés !
---


Geneviève est morte le 19 mars...

***

dimanche 10 mars 2019

BLOG EN SUSPENS

BLOG EN SUSPENS

(pour raisons de santé)
-
A bientôt peut-être !

mercredi 16 janvier 2019

INTERMEDE CUBAIN (Encore !)

I N T E R M E D E    C U B A I N
***
*


*
***
(BARACOA / photo JCMEMO)

mardi 15 janvier 2019

L'HEURE DE LA SORTIE - Sébastien MARNIER (Réalisation & Scénario avec Elise Griffon) - France - au Gaumont Parnasse (14.01.2019)

Déroutant, Envoûtant, Angoissant
-
4,5 / 5
-
---
Le film est une adaptation du roman de Christophe Dufossé...
-
Synopsis :

"Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret..."

-
Un étonnant suspense diaboliquement mené...
et
Un dénouement inattendu, cauchemardesque, implacable...

---
Excellente distribution avec une remarquable prestation de Laurent Laffitte (Pierre)...

l
--
Les deux leaders : Apolline (Luàna Bajrami) et Dimitri (Victor Bonnel)...
--



---
-


*
***
*
Sébastien Marnier
né en 1979
Réalisateur, Scénariste
-
Son second long métrage après Irréprochable (2016)
-

***
*

dimanche 13 janvier 2019

ADRIANA LECOUVREUR (1902) - Francesco CILEA (1866-1950) - En direct du MET Opéra de New York (12.01.2019) - au Pathé Beaugrenelle

Une soirée tout à fait exceptionnelle !
A quand le dvd ?
-
-
Sous la direction musicale du chef italien Gianandrea Noseda,
Dans une production de Sir David McVicar (mise en scène classique... particulièrement efficace),
Avec un trio de chanteurs au sommet de leur art :
la soprano russe Anna Netrebko (Adriana Lecouvreur),
la mezzo-soprano géorgienne Anita Rachvelishvili (la princesse De Bouillon),
le ténor polonais Piotr Beczala (Maurizio).
-
La belle équipe...
de gauche à droite : Netrebko, MacVicar, Beczala, Noseda, Rachvelishvili...


---
L'ensemble de la distribution est à louer (j'ai particulièrement aimé l'émouvante prestation du baryton italien Ambrogio Maestria dans le rôle de Michonnet).
---
Adriana Lecouvreur (livret d'après la pièce d'Eugène Scribe) a été créée à Milan en 1902...
---
Résumé :

"À Paris, en 1730, la tragédienne Adrienne Lecouvreur et la Princesse de Bouillon aiment le même homme, Maurice de Saxe, brillant officier et grand séducteur. Adrienne parvient à gagner son amour mais elle meurt, empoisonnée par les effluves mortels d’un bouquet de violettes envoyé par sa rivale."
---
-
ALBUM :
-
Anna Netrebko et Piotr Beczala...
-
Anita Rachvelishvili et Piotr Beczala...
-
Ambrogio Maestri et Anna Netrebko...
-


-

---
-
EXTRAITS
-
Parliamo di cosa lieta (Netrebko/Beczala) : ICI

-
L'anima ho stanca (Beczala) : ICI

-



-
Monologue de Phèdre (Netrebko) : ICI

*
***
*

vendredi 4 janvier 2019

L'ARC EN CIEL DE VERRE (2010) - James Lee BURKE - Etats-Unis - Rivages/Noir n°992 -

Encore Dave Robicheaux (dans sa 18ème enquête) !
Je ne m'en plains pas...


-
Présentation de l'éditeur :


".... Dave Robicheaux est entraîné dans une enquête déchirante sur le meurtre de sept jeunes femmes. Alors que tout semble indiquer la piste d'un sérial killer, la mort d'une étudiante, bien différente des marginales habituellement prises pour cible par les tueurs de femmes, l'intrigue. Robicheaux et son ami Clete s'en prennent aussitôt à Herman Stanga, maquereau et dealer notoire. La confrontation tourne à la bagarre devant témoins, ce qui place Clete dans une situation d'autant plus délicate que Stanga est à son tour assassiné. Dans le même temps, Alafair, la fille adoptive de Robicheaux, est séduite par un écrivain issu d'un clan bien connu de Louisiane, des gens corrompus et manipulateurs qui font craindre le pire à Dave. Mais Alafair ne veut rien savoir et commence à s'éloigner de son père..."

---

Dans ce superbe roman particulièrement tragique et violent, le mythique enquêteur va devoir affronter, en compagnie de Clete son ami détective, une brochette de crapules de haut vol...
-
Heureux de retrouver Dave, presque comme on revoit un vieil ami...
Dave, personnage fictif certes mais particulièrement réussi, tellement vivant et attachant...

Dave, l'ancien alcoolique, hanté par les souvenirs de la guerre du Vietnam, qui a vieilli mais qui est toujours porté par un profond sentiment de révolte contre les injustices : 
« Le système truque les dés en faveur de ceux qui ont l’argent et le pouvoir, et celui qui croit le contraire mérite tout ce qui peut lui arriver. »

Dave tellement attaché à sa femme Molly, à sa fille adoptive Alafair, à son ami de toujours Clete...
Dave enfin amoureux de la Louisiane et de sa nature.
-
-
Extraits :

« Où que tu ailles, lui dit Dave, cinq minutes après ton arrivée, le plâtre tombe du plafond. T'es comme un train qui essaie de rouler sur un chemin de terre. »
-
"La maison des Abelard, avec sa colonnade grecque et sa véranda à l'étage, avait été autrefois une splendide demeure dans l'ambiance édénique que John James Audubon avait peinte, avec ses oiseaux magnifiques qui vivaient au milieu des arbres et des fleurs."
-

"En des instants pareils, je savais que la Louisiane était toujours un lieu magique, pas très différente de ce qu'elle était quand Jim Bowie et son associé, le pirate Jean Laffite, , faisaient entrer illégalement des esclaves aux Etats-Unis et les gardaient dans des baraquements spéciaux, parfois très près de l'endroit où je me tenais. Quiconque doute de ce que je viens de dire peut visiter un île à l'extrémité sud de cette paroisse-là, et il trouvera peut-être certains des ossements pour lesquels elle est réputée. Les crânes, les vertèbres, les cages thoraciques et les fémurs blanchis dans le sable appartenaient à une cargaison d'esclaves abandonnés par un capitaine kidnappeur qui les a livrés à la faim quand il a craint d'être pris. La Louisiane est un poème, mais, comme dans l'épopée homérique, il ne faut pas en examiner les héros de trop près."
-
"Je souhaitais pouvoir monter sur le pont d'un bateau à aubes et disparaître dans le XIX° siècle."
-

« J'entendis la roue à aubes s'animer à la proue, aspergeant l'air de ses éclaboussures. Puis je vis Clete émerger de la brume sur le rivage, le visage exsangue, les vêtements tachés de boue, zébrés d'eau. Il tituba sur la passerelle, comme un ivrogne irascible en train de gâcher une fête, me prenant dans ses bras, bloquant ses mains derrière mon dos, me ramenant vers la rive. Sa bouche était pressée contre un côté de ma tête, et j'entendais sa voix rauque à quelques centimètres de mon oreille. « Tu ne peux pas partir, Belle Mèche. Les Bobbsey Twins de l'homicide sont éternels. »

*
***
*
James Lee Burke
né en 1936 à Houston
-
En bas à droite (avec sa fille Alafair, également romancière)...

-
Voir également sur ce blog  La nuit la plus longue

---
Ils attendent d'être lus :



***
*