lundi 18 novembre 2019

J'ACCUSE - Roman POLANSKI (Réalisteur & CoScénariste avec Robert Harris) - France - au Pathé Beaugrenelle (18/11/2019)

Lion d'argent à Venise...
L'affaire Dreyfus vue par un militaire qui, par éthique, eut le courage d'aller jusqu'au bout de la vérité.
-
4,5 / 5
-
---

SYNOPSIS :


"Pendant les 12 années qu’elle dura, l’Affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier.
Dans cet immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. L’affaire est racontée du point de vue du Colonel Picquart qui, une fois nommé à la tête du contre-espionnage, va découvrir que les preuves contre le Capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées.

A partir de cet instant et au péril de sa carrière puis de sa vie, il n’aura de cesse d’identifier les vrais coupables et de réhabiliter Alfred Dreyfus."
---
-
Roman Polanski précise à propos du rôle principal donné au Colonel Picquart :


"A l’époque, ce célibataire qui a une maîtresse, jouée par Emmanuelle Seigner, l’épouse d’un haut personnage de l’État, est un marginal dans les mœurs et un « antisémite naturel », comme on pouvait l’être en cette fin de 19ème siècle. Pourtant, c’est lui qui, involontairement, va sauver le capitaine Dreyfus. Picquart est un personnage passionnant, complexe. Ce n’est pas un antisémite combattant. Il n’aime pas les juifs, mais cela relève plutôt d’une tradition que d’une conviction."
---

Du début à la fin de son film Polanski nous offre un récit haletant pour évoquer cette affaire qui bouleversa la société française pendant une douzaine d'années.
La mise en scène est absolument remarquable (notamment une reconstitution minutieuse)...
Les acteurs sont excellents...
---

Superbe composition de Jean Dujardin dans le rôle du colonel Picquart...

-


-
Louis Garrel (à droite) est Dreyfus...

-
Emmanuelle Seigner (Pauline Monnier)...

-
---
-


*
***
*
Roman Polanski
né en 1933
Réalisateur, Scénariste, Producteur, Acteur
-
 -
Il a réalisé 23 longs métrages dont (voir sur ce blog en cliquant) :
La Vénus à la fourrure (2013) 
Carnage (2011)
The Ghost writer (2010)

*
***
*
POLEMIQUE :

Mieux vaut oublier la vaine et maladroite polémique selon laquelle les spectateurs de J'accuse seraient des complices d'un violeur...
Non je n'ai pas honte d'avoir vu un film très fort qui est aussi un plaidoyer contre un antisémitisme encore trop présent dans notre société.
*
***
*

vendredi 8 novembre 2019

LE TRAÎTRE - Marco BELLOCCHIO (réalisateur & co-scénariste) - Italie - Gaumont Convention (4.11.2019)

MAGISTRAL !
-
5 / 5
-

-

Après "Vincere" , "La belle endormie" et "Fais de beaux rêves"...
Un nouveau chef d'oeuvre de l'un des plus grands cinéastes vivants
---
Synopsis :


"Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra."
---

"Lorsque les hommes de la Mafia sicilienne parleront, c'en sera fini de Cosa Nostra"
(Giovanni Falcone)
---
Dans une réalisation virtuose Bellocchio dresse un extraordinaire et fascinant portrait de Tommaso Buscetta, le mafieux repenti qui fit tomber 350 mafiosi lors de son procès dans les années 1980.
---
Dés le début du film on est subjugué par une séquence éblouissante : 
une fête qui réunit tous les pontes de la Mafia sicilienne dans un somptueux palais de Palerme...



---
Tout au long du film se succèdent des scènes ...
Intimes (la vie de famille, les interrogatoires du juge..)
Spectaculaires
 au souffle opératique (la fête des mafieux, le procès, la mort de Falcone ...)
---
Tommaso Buscetta est superbement interprété par Pierfrancesco Favino...






-
Avec Fausto Russo Alesi (Giovanni Falcone)...

 
---
-
Bande annonce...

*
***
*
Marco Bellocchio
né en 1939
-


-
Il a réalisé une trentaine de longs métrages...
Voir sur ce blog (cliquer sur le titre) :
Fais de beaux rêves (2016)

La belle endormie (2012)

samedi 2 novembre 2019

SORRY WE MISSED YOU - Ken LOACH (réalisation) - Paul Laverty (scénario) - Royaume-Uni - au Gaumont Convention (2.11.2019)

 Une fois de plus, à 83 ans, Ken Loach dénonce, avec force et talent, les injustices et les tares de notre société...
-
4,5 / 5
-

---

Synopsis...


"Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…"

---
Ken Loach n'a pas fini de nous surprendre...
Il s'en prend cette fois, de manière cinglante, aux conséquences désastreuses de l'ubérisation du travail...
Comment une famille unie et attachante va se trouver désagrégée, brisée, par ce que l'on a qualifié parfois d'esclavage moderne...
Un film "coup de poing" bouleversant avec des comédiens épatants...
---
Kris Hitchen est Ricky...







avec
Debbie Honeywood (Abby)
Katie Proctor (Lisa)
Rhys Stone (Seb)


l

---
-


***
*

Ken Loach
 né en 1936
Réalisateur (cinéma et tv)
-
-

Sur ce blog voir notamment  Moi, Daniel Blake Palme d'or (Cannes 2016)

***
*

vendredi 1 novembre 2019

LA PORTE DES ENFERS (2008) - Laurent GAUDÈ - France - Actes Sud (Babel n° 1015 - J'ai Lu n°10469)

Descente aux Enfers
-
-
Présentation par l'Editeur :


"Au lendemain d’une fusillade à Naples, Matteo voit s’effondrer toute raison d’être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s’enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…"

---
Le mythe d'Orphée et l'Enfer de Dante magistralement revisités par Laurent Gaudé...
 ---
Un récit violent, sanglant, tragique où l'on passe du réel au fantastique avec une virtuosité déconcertante.
---
Tout comme dans "Le Soleil des Scorta" on ne qu'admirer la sobriété de l'écriture et l'habile composition du récit sur deux époques.
***
*
Extraits :

"Pippo? L'enfant ne répondit pas. Il se sentit pâlir d'un coup. Il se mit à genoux. Sa chemise était baignée de sang. Pippo? L'air lui manqua. Son fils ne bougeait pas, restait face contre terre, inerte. Pippo? Il cria. Il ne savait que faire. Il cria. Parce qu'il ne savait pas comment empêcher ce sang qu'il aimait de continuer à se répandre sur le trottoir..."

-


"Son fils allait rester là, enterré dans ce cimetière. Sa vie de mère était terminée.
Elle colla son front contre la vitre et dit adieu aux mille choses qui faisaient Pippo. Son école. Sa chambre à coucher. Ses vêtements, ceux qu'il aimait, ceux qu'il ne mettait jamais. Elle dit adieu à la joie de se promener avec lui, au contact ténu de sa main dans la sienne. Elle dit adieu à son angoisse de mère qui s'était emparée d'elle dès la grossesse et n'aurait jamais dû la quitter de toute sa vie....."


-

"..Il n'y a rien à redouter de nulle part. Le ciel. Le pape. Rien. Vous savez pourquoi ? Parce que le ciel est vide et que tout est sens dessus dessous. J'ai espéré, moi, le châtiment pour les assassins et le paradis pour les innocents. Vous pouvez me croire. J'ai espéré. De toute mon âme. Mais les hommes saccagent tout et ils n'ont rien à craindre. C'est ainsi que va le monde. Vous savez ce qu'il nous reste ? [...] Il ne nous reste qu'une seule chose. Notre courage ou notre lâcheté. Rien d'autre."


-

"En traversant les eaux du fleuve, Matteo ne put réprimer ses larmes. Il pleura toutes ces vies honnêtes et joyeuses qui, d'un coup, se trouvaient laides et haïssables.Il pleura sur ces êtres qui se croyaient maintenant vicieux alors qu'ils avaient été loyaux? Il pleura sur ce fleuve de tourment qui volait aux morts les plus beaux souvenirs...
Il pleura sur la cruauté de la mort qui se joue ainsi des âmes pour asseoir son pouvoir et pour que ne règne sur son royaume sans fin, comme cela a toujours été, que le silence résigné de ceux qui ne savent plus ce que furent, le désir, les larmes, la rage et la lumière, et qui marchent sans savoir où ils vont, creux comme des arbres morts dans lesquels siffle le vent. "

-


"En disparaissant, les morts emportent un peu de nous-mêmes. Chaque deuil nous tue. Nous en avons tous fait l'expérience. Il y a une joie, une fraicheur qui s'estompe au fur et à mesure que les deuils s'accumulent... Nous mourons chaque fois un peu plus en perdant ceux qui nous entourent..."

-

*
***
*
Laurent Gaudé
Né à Paris en 1972

Romancier, Nouvelliste, Dramaturge.
-


Voir sur ce blog ---)  "Le soleil des Scorta"

***
*

dimanche 27 octobre 2019

MANON (1884) - Jules MASSENET (1842-1912) - En direct du MET de New York (26.10.2019) - au Pathé Beaugrenelle

Une soirée réussie...
-
-
Le livret de Meilhac et Gille, tiré du roman de l'abbé Prévost, situe l'action en 1721,
Action transposée par Laurent Pelly, le metteur en scène, à la fin du 19° siécle, soit à l'époque de la composition de l'opéra...
-
L'orchestre du Met sonne magnifiquement sous la direction du chef italien Maurizio Benini.
-
Présentation de la soirée ----) ICI
-
La distribution est excellente distribution : à cet égard il importe de souligner la diction intelligible des chanteurs, y compris les rôles secondaires.
-

J'ai été vraiment enthousiasmé par les prestations des deux interprètes principaux dans les rôles de Manon et du Chevalier Des Grieux  :
- La soprano américaine, d'origine cubaine, Lisette Oropesa
et
- Le ténor américain Michael Fabiano.
notamment
 une scène finale (la mort de Manon) poignante,  particulièrement réussie.
-
Images...
-


-

-

-

-

-


---
Quelques courts extraits :



-
 "Adieu notre petite table"
-

"Trio de l'acte IV"

(avec le baryton polonais Artur Rucinski dans le rôle de Lescaut) 

---
-
Voir également sur ce blog  MANON en 2012  au Met avec Netrebko et Beczala dans la même mise en scène.

***
*

mercredi 23 octobre 2019

MARTIN EDEN - Pietro MARCELLO (Réalisation & Scénario avec Maurizio BRAUCCI ) - Italie - au Gaumont Convention (22.10.2019)

Audacieuse transposition du magnifique roman (en partie autobiographique) de Jack London...
De San Francisco à Naples, au milieu du 20° siècle...
Totale réussite du cinéaste italien...
-
5 / 5
-
-
Synopsis...

"A Naples, au cours du 20ème siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines."
---
Roman passionné d'un jeune autodidacte dans une société où le conflit des classes se manifeste également à travers la culture.
---
Un film éblouissant...
Totalement maîtrisé dans tous les domaines (scénario, réalisation, interprétation, bande musicale)
-
Luca Marinelli (prix du meilleur acteur à la Mostra de Venise 2019) est absolument époustouflant dans le personnage de Martin Eden...


-


-


-

---
-
Bande annonce ...


***
*

mercredi 16 octobre 2019

TURANDOT (1926) - Giacomo PUCCINI (1858-1924) - En direct du MET Opéra de New York (12.10.2019) - au Pathé Beaugrenelle


Puccini n'a pu terminer Turandot (achevé par Franco Alfano)...
Au soir de la première à la Scala de Milan, Arturo Toscanini, qui assurait la direction de l'orchestre, a posé sa baguette après la mort de Liu en déclarant
"Ici s'achève l'opéra du maestro. Il en était là quand il est mort."
-
-
Même si je ne suis pas fanatique de Turandot,
Je dois reconnaître avoir passé, dans l'ensemble, une soirée plutôt agréable
---
Reprise de la spectaculaire (et quelque peu "kitch") mise en scène de Franco Zeffirelli (mort en juin 2019)...
-
-
La soprano américaine Christine Goerque était Turandot (je ne l'ai pas trouvée totalement convaincante tant vocalement que scéniquement)...
-
-
Solide prestation (même si le timbre de la voix n'est pas toujours très beau) du ténor azerbaïdjanais Yusif Eyvazov dans le rôle de Calaf...
Ici dans le célèbre "Nessun dorma"


---
Enthousiasmé par l'éclatante direction d'orchestre du canadien...
Yannick Nézet-Séguin
(directeur musical du Met)
-

---
Enthousiasmé également par la magnifique et émouvante prestation de la soprano italienne 
Eleonora Buratto
dans le rôle de Liu...

---
-
Mon jeune filleul (22 ans), qui a la gentillesse de m'accompagner, a beaucoup apprécié la représentation

------------
-
Voir aussi sur ce blog Turandot :
au Met en janvier 2016
à Orange en août 2012
au Met en novembre 2009

* ***
*

mardi 1 octobre 2019

Jessye NORMAN (1945-2019) - HOMMAGE

Jessye Norman vient de mourir...
-
-
Immense, immense artiste !
-

-
Eblouissante cantatrice...


-
Soprano dramatique à la voix somptueuse,
Outre l'Opéra,


Elle a abordé également le Jazz en interprétant de nombreux spirituals...


*
***

Jessye Norman chante "Mon coeur s'ouvre à ta voix" (Samson et Dalila - 1987)

*
***
*
"Je dois dire que parfois, lorsque j'entends votre voix, cela me brise le cœur. Mais à chaque fois, lorsque j'entends votre voix, cela soigne mon âme."
(Toni Morrison, prix Nobel)
---
Jessye Norman chante la Marseillaise pour le bicentenaire de la Révolution française ICI

Sur Jessie Norman voir  ICI  sur Wikipedia. 

***
*

samedi 28 septembre 2019

100 MAUX DE L'OPERA - Christophe RIZOUD - France - Papiers Musique - collection Via Appia

Si vous idolatrez l'Opéra (comme moi)...
Si vous détestez l'Opéra (comme certains)...
Si vous ignorez l'Opéra (comme beaucoup)...
Ce livre est pour vous...
Un régal !
*
*
Extrait de la présentation par l'éditeur :


"Adoré ou honni, l'opéra reste quatre siècles après sa création un art prompt à déchaîner les passions. Régulièrement pointés du doigt par ses amateurs comme ses contempteurs, les maux qui aujourd'hui l'agitent prouvent sa vitalité. Ce sont ces phénomènes historiques, économiques, sociologiques, ces personnes, ces tics et ces travers, que ce petit lexique cherche à inventorier d'un ton léger, parfois impertinent, toujours argumenté. Sous diverses formes, chaque entrée propose un regard actuel, amusé ou polémique, sur l'art lyrique. De quoi alimenter la discussion entre initiés, instruire le néophyte, interpeller l'incrédule ou, au contraire, conforter l'opposant dans ses positions, tout en divertissant les uns et les autres."
___

En exergue du livre :
"Ces gens sur scène font tellement de bruit que je ne peux pas entendre ce que vous dites."
Henry Taylor Parker,
critique musical, à des voisins bavards, lors d'une représentation d'opéra.
---
-
Christophe Rizoud
directeur de forumopera.com...





"Oui, j’avais envie d’écrire un livre animé et impertinent qui puisse à la fois instruire les néophytes sur l’art lyrique, alimenter les discussions entre amateurs et détracteurs, tout en divertissant les uns  et les autres. Régulièrement pointé du doigt, l’opéra reste quatre siècles après sa création un art qui inspire un amour absolu ou un rejet total. A travers chaque mot, le livre raconte sans filtre ce « petit monde », joyeux et truculent en définitive."

****
*
A lire également
(un titre similaire, mais une toute autre approche)

-
Philippe Jordan, l'auteur, est l'actuel directeur musical de l'Opéra de Paris...
---
Voir ICI  sur ce blog.

***
*