vendredi 30 mars 2018

LA PRIÈRE - Cédric KAHN (Réalisation et Scénario avec Fanny Burdino et Samuel Doux) - France - au Gaumont Convention (26.03.2018)

Histoire d'une résurrection : Magnifique et Bouleversant
-
5 / 5 
-


-
Synopsis :


"Thomas, 22 ans, a failli mourir d'une overdose. Pour enfin en finir avec la drogue, il est envoyé à la montagne, au sein d'une communauté dirigée par d'anciens toxicomanes. La prière et le travail doivent les aider à s'en sortir. Les règles sont strictes : pas de cigarettes, ni d'alcool, pas de filles non plus. Malgré le soutien de son ange gardien, Thomas n'en peut plus de cette discipline trop dure. Il s'échappe et, dans la vallée, rencontre Sybille. Le jeune femme l'encourage à retourner dans la communauté. Thomas finit par s'acclimater. Il s'attache à soeur Myriam. Touché par la foi et plus apaisé, il ne parvient pas cependant à oublier Sybille..."

-
Evocation passionnante et émouvante du parcours difficile, parsemé de doutes, d'un jeune drogué en perdition vers une quête de soi et son retour à la vie...
-
Réalisation et interprétation sont d'une force et d'une sobriété exemplaires.
-
Le réalisateur ne prend pas position :
"Je n’ai aucune certitude. Je respecte les gens qui sont croyants et, par certains aspects, je peux même les envier. La foi est une affaire intime qui, par beaucoup d’aspects, dépasse largement le cadre des religions. Si on y pense, tout est question de foi dans la vie, l’amour, la passion, l’engagement. Moi par exemple, je crois en la mystique du cinéma. Une séquence réussie, c’est toujours un miracle, la conjonction un peu magique des éléments"
---
-
Anthony Bajon a obtenu l'Ours d'argent au Festival de Berlin pour son interprétation (remarquable et lumineuse) du rôle de Thomas...
-
Hanna Shygulla (soeur Myriam)...
-
Damien Chapelle (Pierre, l'ange gardien)...

-
Louise Grinberg (Sybille)...
---
-
---
-

*
***
*
Cédric Kahn
né en 1966
Réalisateur, Scénariste
-
-
Auteur notamment de :
Vie Sauvage (2014)
Roberto Succo (2001)
L'ennui (1998)

***
*

mardi 27 mars 2018

MANIERE DE VOIR N°158 - COMPLOTS - Théories...et pratiques

Manière de voir en phase avec l'actualité : les théories du complot et les fausses informations (fake news)...
-
-
-
Présentation du numéro :

"Certains voient des complots partout ; d’autres, nulle part. Pour éviter ces deux écueils, cette livraison de « Manière de voir » démonte la mécanique conspirationniste et revient sur les grandes machinations qui ont parsemé l’histoire. Ainsi émergent les ressorts véritables du pouvoir et de la domination."
-
Court extrait du remarquable éditorial
"La puissance de l'ombre" de Benoit Bréville :


"On savait, depuis les attentats de janvier 2015, la France rongée par un mal souterrain. Les théories du complot, "ces ferments de haine et de désintégration de notre société", commencent à "miner notre jeunesse", disait-on alors. Un second ingrédient est venu s'ajouter à la menace:les fake news, ces "fausses informations" principalement diffusées sur Internet qui saperaient notre démocratie et nécessiteraient un mobilisation générale.
Le tocsin fut sonné en janvier 2018 par la parution d'un sondage prétendant que "huit français sur dix adhèrent à une théorie du complot". Sa  méthodologie est si discutable qu'il s'apparente lui-même à une fake news. Peu importe : les journalistes s'engouffrent dans la brèche....."
***

Ce numéro passionnant, coordonné par Benoit Béville et Thibault Henneton, abondamment illustré par des oeuvres de Martin Hesseling et du studio de design StormStudios, comporte 22 articles de fond répartis sous trois grandes sections (voir ci-après) et de nombreuses annexes...
***

I. Ressorts du conspirationnisme

-
"Le scénario est désormais bien rodé. Sitôt que survient un attentat ou une révolte populaire, des marchands de conspirations attribuent le phénomène à l’Occident, aux juifs, aux francs-maçons. Assurément, la plupart des théoriciens du complot versent dans la paranoïa. Mais d’autres, plus simplement, s’égarent en cherchant des explications simples à des événements chaotiques."
---

II. À l’épreuve de l’histoire




"Les adeptes des théories du complot ont pour eux un solide argument : l’histoire est parsemée de manipulations, de manœuvres secrètes, d’opérations sous faux drapeau qui ne furent souvent authentifiées que bien plus tard ; comment être certain d’emblée que le 11-Septembre n’allait pas s’ajouter à la liste ? Des indices existent cependant qui permettent de distinguer une conspiration imaginaire d’une véritable machination…"
---

 III. Dans les coulisses du pouvoir

"Le sentiment que les grands choix politiques leur échappent stimule l’imagination de nombreux citoyens. Et si tout se décidait au Forum de Davos, à la conférence de Bilderberg, à la Commission trilatérale ou dans les clubs fermés des puissants ? Faire de ces institutions l’épicentre d’un complot conduit à négliger les réseaux, les stratégies d’influence, les rapports de domination qui font la réalité du pouvoir."

***
*

dimanche 18 mars 2018

TOUT CE QUE J'AIMAIS (2003) - Siri HUSTVEDT - Traduction de Christine Le Boeuf - Etats-Unis - Babel n° 686

Admirateur de Paul Auster depuis de nombreuses années...
Je me suis enfin décidé à aborder, avec ce roman paru en 2003, l'oeuvre de son épouse Siri Hustvedt...
Je ne l'ai pas regretté ...
-
-
Présentation de l'éditeur :
"Au milieu des années 1970, à New York, deux couples d’artistes ont partagé les rêves de liberté de l’époque, ils ont fait de l’art et de la création le ciment d’une amitié qu’ils voulaient éternelle et, quand ils ont fondé leur famille, se sont installés dans des appartements voisins. Rien n’a pu les préparer aux coups du destin qui vont les frapper et infléchir radicalement le cours de leurs vies… 
Siri Hustvedt convie ici à un voyage à travers les régions inquiétantes de l’âme : bouleversant, ambigu, vertigineux, Tout ce que j’aimais est le roman d’une génération coupable d’innocence qui se retrouve, vingt ans plus tard, au bout de son beau rêve."
---
Une plongée dans le New York artistique et intellectuel des années 70,
Mais aussi une réflexion douloureuse sur la fuite du temps.
Une révélation que ce livre "foisonnant" qui aborde, avec force, une multitude de thèmes : l'amitié, l'amour, l'art (et ses dérives), le mensonge, la maladie, la drogue, la mort...
 Un effort aussi que la lecture d'un tel roman où l'on se perd quelquefois, que l'on peut même être tenté d'abandonner mais pour mieux s'y replonger, tant il est difficile de quitter ses personnages si magnifiquement campés et tellement attachants.
---
-
EXTRAITS :

"Un tableau ne devient ce qu'il est que dans l'instant où il est vu"
-
"L'envie et la méchanceté accompagnent inévitablement la gloire, si mince soit-elle. Peu importe le lieu où elle naît : une cour d'école, une salle du conseil, les corridors d'une université ou les murs blancs d'une galerie."
-
"je mentionnai les récits cachés dans ses tableaux et il répondit que, pour lui, les histoires étaient comme le sang irriguant un corps : les voies d'une vie. C'était une métaphore révélatrice, et je ne l'oubliai jamais.  En tant qu'artiste, Bill traquait l'invisible dans le visible."
-
"Je trouvais à la présence physique de Mark une qualité presque magique.  Du moment que je le regardais, je le croyais toujours.  La franche sincérité qu'exprimait son visage bannissait tous mes doutes, mais, dès qu'il se trouvait hors de vue, la sourde anxiété renaissait."
-
"L'oubli, dis-je, fait sans doute partie de notre vie autant que le souvenir.  Nous sommes tous amnésiques."
-
"Je crois que c'est pour ça que j'ai toujours aimé la peinture.  Quelqu'un peint un tableau dans le temps, mais, une fois qu'il est peint, le tableau reste au présent."
-
"Je suis sur des montagnes russes entre amour et haine, disait-elle.  C'est toujours le même parcours qui recommence indéfiniment."
-
*
***
*
Siri Hustvedt est née en 1955
-
-


voir wikipedia

***
*

lundi 12 mars 2018

SEMIRAMIS (1823) - Gioachino ROSSINI (1792-1868) - En direct du MET de New York (10.03.2018) - au Pathé Beaugrenelle

Vu sur la scène du Met un (mauvais) peplum hollywoodien des années 50 ...
Mais quel plateau vocal...
Un somptueux feu d'artifice rossinien !
-
-
Il vaut mieux oublier
Les décors monumentaux et les costumes extravagants,
 L'absence d'une direction d'acteurs efficace : choristes et solistes sont "plantés" sur scène sans trop savoir quoi faire, à quelques exceptions près (notamment Abdrazakov) ...
Une version de concert aurait été bienvenue !
Quoiqu'il en soit Vive Rossini et l'Opéra !
-
Présentation du spectacle...

---
L'enchantement commence avec une brillante exécution de la belle et célèbre ouverture...
 sous la baguette du maestro Maurizio Benini, à la fois énergique et nuancé. 
---
Et l'enchantement continue avec l'excellente distribution, notamment :

La soprano américaine Angela Meade (Semiramis)...


-
La mezzo-soprano américaine Elizabeth Deshong (Arsace)...


-
Le ténor mexicain Javier Camarena...


 -
La basse russe Ildar Abdrazakov (Assur)...


-
Le baryton-basse américain Ryan Speedo Green (Oroe)...
---
-
Images

-
-
---

-
Ecoutons (cliquer sur le nom) :

Angela Meade 

Elizabeth Deshong


Javier Camarena


Ildar Abdrazakov

***

*
Gioachino Rossini



-
Première représentation de Semiramis à La Fenice le 3 février 1823...

***
*

samedi 10 mars 2018

TESNOTA/Une vie à l'étroit - Kantemir Balagov (Réalisation et Scénario avec Anton Iarouch) - Russie - au Gaumont Convention (08.03.2018)

Un premier film
Un coup de maître
Epoustouflant !
-
5 / 5
-
-
Synopsis :

"1998, Nalchik, Nord Caucase, Russie. 

Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l'aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée.  Au sein de cette communauté juive repliée sur elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l'équilibre familial."
---
Un scénario très fort (inspiré de faits réels) : tragédie familiale, chronique sociale et saisissant portrait de femme...
Une réalisation à la fois virtuose et austère : une incroyable façon de filmer les personnages qui semblent tout proches de nous, presque palpables...
Une photographie splendide...
Une excellente direction d'acteurs : formidable jeu de l'actrice principale.
---

Kantemir Balagov :

"Ce qui me passionnait surtout, c'était la façon dont une famille peut vivre un moment critique, parce que c'est pendant ces périodes-là que l'on s'aperçoit à quel point les réactions des uns et des autres peuvent être différentes, opposées, inattendues. Dans mon film, on ne voit pas l'enlèvement. Ce n'est pas l'évènement qui m'importe le plus, ce sont ces répercussions sur la famille...............

.................................................Pour moi, c’est une question profonde : est-il réellement humain d’obliger quelqu’un à se sacrifier pour sauver un proche ?"
---
Etonnante Daria Jovner (Ilana)...


l
---
Olga Dragounova (la mère)...


---




---
-
-
---
-
Kantemir Balagov
né en 1991
A Cannes avec son interprète (mai 2017)...

***
*

vendredi 9 mars 2018

LADY BIRD - Greta GERWIG (Réalisation et Scénario) - Etats-Unis - au Gaumont Aquaboulevard (05.03.2018)

Duel Mère/Fille
-
3,5 / 5
-
---
Synopsis :

"Christinslidee « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi."  
---

 Cette chronique sociale autour d'une adolescente qui entre dans l'âge adulte ne m'a pas vraiment convaincu...
J'ai trouvé le scénario quelque peu confus, sans véritable ligne directrice : il se résume à une succession de scènes (plus ou moins réussies) où il ne se passe pas grand chose...
Au demeurant "Lady Bird", qui bénéficie d'une réalisation solide et d'une excellente distribution, se laisse voir sans déplaisir...
J'ai toutefois du mal à comprendre l'enthousiasme quasi général que suscite un  tel film certes sympathique, mais bien vite oublié.
---
Saoirse Ronan (Christine/LadyBird)...

-
Laurie Metcalf (Marion, la mère)...

-

---
-

*
***
*
Greta Gerwig
née à Sacramento en 1983
Actrice, Réalisatrice, Scénariste
-
-
A joué notamment dans Frances Ha (2012) voir ---) ICI

***
*

mercredi 7 mars 2018

CALL ME BY YOUR NAME - Luca GUADAGNINO (Réalisation) - Scénario (James IVORY) - Italie/Usa/Fr/Brésil - au Gaumont Convention (03.03.2018)

Au cours d'un été de vacances un adolescent découvre sa sexualité...
-
Le scénario est tiré du livre Plus tard ou Jamais de Andre Aciman paru en 2007...
L'Oscar du "Meilleur scénario adapté" vient d'être d'être attribué à James Ivory.
 -
5 / 5
-
-
Synopsis :


"Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais."
-
Sous le soleil de la Lombardie le "jeu du chat et de la souris" entre Elio, l'ado, et Oliver, le jeune américain : ils s'observent, se jaugent, se rapprochent, se fuient...
Un étonnant et superbe face à face qui, au fil des jours, va se transformer en une passion fulgurante entre les deux garçons...
-
C'est une magnifique histoire d'amour qui nous est contée dans ce film lumineux qui m'a totalement convaincu :
Un scénario subtil, sensible,
Une réalisation simple et efficace,
Une direction d'acteurs remarquable,
Une superbe bande musicale.
---
Excellent jeu des deux acteurs principaux (bien entourés)...
Timothée Chalamet (Elio)...


-
Armie Hammer (Oliver)...


---
Avec Amira Casar(la mère) et Michae Stuhbarg (le père)...

---

 ll

ll
---
-


*
***
*
Luca Guadagnino
né à Palerme en 1971
Réalisateur, Scénariste, Producteur
-
-
Une dizaine de longs métrages...
dont
Amore (2009) : voir sur ce blog ---) ICI

***
*

vendredi 2 mars 2018

MAROC (2017) - OUALIDIA - UN DIMANCHE DE NOVEMBRE....

***
OUALIDIA
***
Surnommée
la "Perle bleue du Maroc",
entre Casablanca et Essaouira, est une petite merveille de la côte atlantique...
La découvrir, un dimanche de novembre, en l'absence de touristes étrangers, est un privilège !
Sa lagune,
Sa baie de rochers,
Sa plage de sable doré où l'on peut flâner à loisir, rêvasser, déguster sous un parasol huitres ou fruits de mer accompagnés d'une tasse de thé, jouer au foot...
---

Album :



-

-


-



-


-


-


-

-


-


 -


-


 -


-


-


-


 -


-


 -


-


-


-



***
*
(Photos JCMEMO)