lundi 27 avril 2015

TAXI TÉHÉRAN - Jafar PANAHI (réalisation et scénario-et acteur) - Iran - (au Pathé Beaugrenelle)

Un taxi (collectif) sillonne Téhéran...
Au volant Jafar Panahi, le réalisateur lui-même, condamné par le régime iranien à 20 ans d'interdiction de filmer, mais qui a choisi néanmoins de rester travailler dans son pays...

-
"Je suis un cinéaste. Je ne peux rien faire d'autre que de réaliser des films. Le cinéma est ma manière de m'exprimer et ce qui donne un sens à ma vie. Rien ne peut m'empêcher de faire des films, et lorsque je me retrouve acculé, malgré toutes les contraintes la nécessité de créer devient encore plus pressante. Le cinéma comme art est ce qui m'importe le plus. C'est pourquoi je dois continuer à filmer quelles que soient les circonstances, pour respecter ce en quoi je crois et me sentir vivant." 
---
4,5 / 5 -


 -
Entre fiction, documentaire et fable...
Le film dresse les portraits, entre rires mais aussi émotion, de quelques personnages de la société iranienne (du partisan de la peine de mort à l'institutrice à l'esprit ouvert...).
Mais ce film est avant tout un magnifique hommage au cinéma et un vibrant plaidoyer pour la liberté d'expression !
---

-

-


-
Nasrin Sotoudeh, avocate, joue son propre rôle dans le film : elle est interdite d'exercer son métier et de sortir du territoire iranien depuis 2011. Elle a également fait 3 ans de prison pour avoir défendu des dissidents...
-
Nasrin Sotoudeh :
"...Jafar a tout à fait le droit de faire des films. Nous avons d'ailleurs souvent plaisanté ensemble de ces interdictions, de pratiquer le droit pour moi et de réaliser des films pour lui. Nous nous sommes même dit que nous pourrions échanger non métiers : Tu travailles comme avocat et je fais des films !"
--
-


---
-
La bande annonce... 
 

 
 
***
*
Jafar Panah est né en Iran en 1960
Parmi ses longs métrages :
Le Ballon Blanc (1995)
Le Cercle (2000)
Hors Jeu (2006)
-

***
*

4 commentaires:

  1. Jean-claude tu m'as vraiment donné envie d'aller ce voir chef d'oeuvre avec peu de moyens et qui relate bien l'état de ce pays et l'envie de vrai démocratie!
    Comme tu es un cinéphile averti et que je suis assez nostalgique de mes années ado ,peux tu me rappeler le film " un été 42 " qui a contribué à former ma libido avec le collège mixte Jean-moulin à Pezenas (Hérault) patrie de Bobby lapointe et autre ville de Molière!
    Amitiés cinématographiques
    marc nesci

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, ton compte rendu enthousiaste donne vraiment envie de découvrir ce film... et sans doute pour moi le cinéma iranien....
    Bonne journée
    JF

    RépondreSupprimer
  3. Salut, l'ami ! De pareilles interdictions nous disent tout de même que l'iran a encore beaucoup de chemin à faire avant de faire vivre à chacun le minimum de liberté auquel tout homme a droit. Et je loue le culot qu'il a (de même que sa copine l'avocate) de braver les interdits pour faire vivre son art. Encore un titre que je note sur ma fiche des oeuvres à voir. Bonne fin de soirée. Il flotte ici. La poisse ! Florentin

    RépondreSupprimer
  4. Ce film est pour nous au programme. Je te dirai ce que j'en pense!
    Amitié.

    RépondreSupprimer