lundi 25 septembre 2017

FAUTE D'AMOUR - Andreï ZVIAGUINTSEV (Réalisation & Scénario avec Oleg Neguine) - Russie - au Gaumont Convention (22.09.2017)

Après Leviatan...
Un nouveau chef-d'œuvre de Andreï Zvyagintsev !
Prix du Jury au Festival de Cannes 2017 (un lot de consolation pour un film d'une telle envergure...)
-
5 / 5
-
 
---
Synopsis :

"Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser... Aucun des deux ne semble avoir d'intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu'à ce qu'il disparaisse."
---
Un enfant désespéré, oublié par des parents qui se déchirent....
Dans le contexte d'une Russie qui a perdu son âme, une Russie qui est passée, comme il est dit dans le film, de Pouchkine à Poutine...
---
Peut-on vraiment vivre sans amour ?

Ce film en tous points remarquable, impressionnant, est tout à la fois un douloureux drame intime et au-delà une allégorie féroce d'un monde déshumanisé...

---

Marianna Spivak (Genia)...


---
Alexeï Rozine (Boris)...
---
Matveï Novikov (Aliocha)...


 l 

---

-
la bande annonce...

 
---
-
Andreï Zvyagintsev (né en 1964)

-
Ses films :
Le Retour (2003)

Le Bannissement (2008)
Elena (2012) - voir ICI
Leviathan (2014) - voir ICI


***
*

3 commentaires:

  1. Je ne suis pas sûr de me rappeler le nom de ce réalisateur au nom imprononçable, mais qui ne commet que te chefs d'oeuvre. Un auteur qui ne doit pas être en odeur de sainteté en Russie. Non pour ses histoires qui, comme celle-ci, décrivent les tourments de l'homme, mais pour sa description d'un pays qui ne tourne pas rond, pourri à tous les étages. J'écris les titres. Si j'ai l'occasion ... Florentin

    RépondreSupprimer
  2. Etant prochainement à Paris, nous projetons d'aller voir ce film, surtout après ta note
    de cinéphile enthousiaste!!
    Amitié

    JPS

    RépondreSupprimer
  3. Nous avons vu ce film à Paris il y a quelques jours : magistral et douloureux.
    Les images de ce drame, de la recherche du petit Aliocha, n'ont cessé de me hanter,
    dans le froid extérieur, intérieur et le manque désespérant d'amour...
    Très beau film!
    Amitié

    JPS

    RépondreSupprimer