mardi 18 décembre 2018

UNE AFFAIRE DE FAMILLE - Hirokazu KORE-EDA (Réalisation, Scénario, Montage) - Japon - au Gaumont Convention (13.12.2018)


5 / 5



-
La Palme d'or 2018 du Festival de Cannes nous révèle un aspect inattendu du Japon à travers le portrait d'une étrange famille !
-
---

Synopsis :


"Au retour d’une nouvelle expédition de vol à l’étalage, Osamu et son fils recueillent dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu‘elle comprend que ses parents la maltraitent. En dépit de leur pauvreté, survivant de petites rapines qui complètent leurs maigres salaires, les membres de cette famille semblent vivre heureux – jusqu’à ce qu’un incident révèle brutalement leurs plus terribles secrets…"
-
Ils étaient cinq, ils sont désormais six à vivre, de manière précaire, dans une petite baraque tout encombrée de la périphérie de Tokyo...
Ils se débrouillent comme ils peuvent pour subsister et ne semblent pas, en dépit de leur misère, très malheureux...
Unis face à l'adversité, bien que sans aucun lien de parenté entre eux, par l'amour qu'ils se portent...

-
Tendre, Touchant, Drôle......Déchirant !
Un film magnifique complètement maîtrisé...
et
Illuminé par l'amour que le réalisateur porte sur ses personnages qui deviennent très proches et qu'on ne peut qu'aimer.
---
-
Les Acteurs (de gauche à droite) :
Kairi Jyo, Mayu Matsuoko, Miyu Sasaki, Kiki Kirin, Lily Franky et Sakura Andô...



-

-



-



-



-



-
Kiki Kirin (la "grand-mère") est morte peu après la fin du tournage...


---
-
Avec ce film le réalisateur poursuit son exploration des liens familiaux, souvent très complexes.
-
Il précise :


"Je n'avais pas forcément l'intention que chaque personnage incarne un problème de société en particulier mas j'avais envie de décrire une famille qui est au bord du gouffre, sur le fil. Elle est toujours en danger et pourrait se retrouver dans les bas-fonds de la société mais qui, grâce à ces petites magouilles, arrive à garder la tête hors de l'eau. C'est pour cela que chaque personnage est relié à un des problèmes actuels de la société japonaise. J'avais envie de décrire cette famille qui n'est pas encore marginalisée et qui se bat pour ne pas l'être davantage"
.........
je m’interroge sur ceux qui répètent sans cesse que les liens familiaux sont importants. Et j’ai donc eu envie d’explorer la nature de ces rapports en m’intéressant à une famille liée par des délits.
..........
Certains spectateurs ont ainsi jugé d'emblée que l'étrange famille recomposée de mon nouveau film n'est pas une famille du tout. Or mon but est précisément qu'on s'interroge. Et que toute certitude se dérobe."

-
Une réplique du scénario :
" -Normalement on ne peut pas choisir ses parents
  -Justement c'est plus fort quand on les choisit soi-même. "

---
-



*
***
*
Hirokasu Kore-Eda
né en 1962 à Tokyo
-
-
Parmi ses films :
Tel père, tel fils (2013) - voir ICI
Ma petite soeur  (2015)
Après la tempête (2016)
***
*

2 commentaires:

  1. Vraiment envie de voir ce film ; d'une façon générale, j'aime beaucoup les films japonais, la douceur de leur rythme, leur pudeur, leur sensibilité, la beauté des images, souvent, et des scénarios à la fois simples et profonds.

    Tel père tel fils et Ma petite soeur sont des films superbes, qui m'ont beaucoup marqué.

    Excellentes fêtes de Noël à vous deux !

    JeF

    RépondreSupprimer
  2. Apparemment exceptionnel.La Palme d'or, ce n'est évidemment pas rien, mais tous les médias écrits sont unanimes zn leurs critiques : c'est un film exceptionnel de beauté et de sensibilité. Je retiens le titre. A plus. Florentin

    RépondreSupprimer