jeudi 7 décembre 2017

MANIERE DE VOIR N°155 - CUBA - OURAGAN SUR LE SIECLE

Je pensais connaître assez bien l'histoire de Cuba...
La lecture de ce numéro de "Manière de Voir" vient de me démontrer que je suis bien loin du compte...
-
-
Présentation...


« Il faut que les Cubains gagnent ou que nous perdions tout, même l’espoir », a écrit Jean-Paul Sartre en 1960. Près de soixante ans plus tard, où en est l’île qui a bousculé le XXe siècle ? Pour répondre à cette question, « Manière de voir » propose une plongée dans les archives du « Monde diplomatique », sans doute l’une des publications qui a le plus attentivement suivi la révolution cubaine, documentant ses réussites comme ses échecs. Changer sans se perdre, le défi cubain ?

---
Ce numéro absolument passionnant, coordonné par Renaud Lambert, illustré par des photos contemporaines de Tomàs Munita et des documents tirés des archives de l'agence magnum, comporte 24 articles répartis sous trois grandes sections (voir ci-après), un cahier documentaire avec cartes, graphiques, etc...
---
1- L'épopée révolutionnaire




"Une vingtaine de guérilleros face à une armée. Des escopettes pour affronter les canons. Les ailes de la malice contre la brutalité de l’argent… Qui aurait parié sur la victoire des « barbudos » ? Ils terrassèrent néanmoins la dictature de Fulgencio Batista en quelques années, suggérant à d’autres, ailleurs dans le monde, que le volontarisme politique pouvait s’exporter. Il n’en irait pas toujours ainsi."
---
2- Une île au centre du monde




"Peu de pays d’environ dix millions d’habitants comptent autant de représentations diplomatiques que Cuba. Au cours du XXe siècle, le David caribéen a pris le devant de la scène, suscitant parfois l’admiration, souvent l’empathie, toujours le respect. Mieux, il a ouvert les ailes pour s’en aller combattre Goliath sur d’autres continents, notamment en Afrique, où il joua un rôle déterminant."

---
3- Pas de dîner de gala




"Il s’agissait au départ de créer « deux, trois, plusieurs Vietnam », afin d’exporter la révolution et d’en cimenter les acquis dans l’île… Les choses ne se passèrent pas ainsi. En 1991, l’effondrement du bloc soviétique et de la ligne de vie qui reliait Moscou à La Havane plonge Cuba dans une crise dont le président Raúl Castro concède qu’elle perdure. D’où l’urgence de « changer ». Mais comment changer sans se perdre ?"  
---
-
L'urne contenant les cendres de Fidel Castro
(Tomas Munita  - 1er décembre 2016)


*

***
*

4 commentaires:

  1. Tes attaches à Cuba sont telles que tu ne pouvais que t'intéresser à l'histoire de l'île. Il y a eu tellement de choses de dites à propos de Cuba, en positif, en négatif, qu'on ne sait trop où est la vérité. Une histoire qui, comme celle qu tu signales, pourrait être objectve, ne peut qu'être souhaitable. Bon week-end. Florentin

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Un nouveau petit séjour en perspective, pour oublier la pluie et le froid parisiens ?

    RépondreSupprimer